Laissé sur le blog «Zemmour : ceux qui l’aiment»

Sans ren­trer dans le débat des idées (pour l’instant, je m’économise) c’est l’apparente contra­dic­tion du personnage.

Je l’avais décou­vert à l’occasion de son livre «le pre­mier sexe» chez Ardis­son. Son entrée sur le pla­teau, tout sau­tillant avec le sou­rire de l’enfant qui vient de réa­li­ser son reve. On est content pour lui. J’imagine le sou­rire de mon fils si je lui annon­çait que je lui offrait la der­nière Plays­ta­tion ou même le mien si ma copine me pro­po­sera un nuit à trois avec sa meilleure amie.

Plus c’est gros plus ça passe, en sur­fant sur la vague de nos­tal­gie de l’ordre ancien, vague ini­tiée par Fin­kel­kraut et consorts, il peut enfin atteindre la noto­riété et enfin exis­ter ! La polé­mique, le syn­drôme «seul contre tous». Il a trouvé le filon. A la manière d’un Soral qui avait à son époque séduit le même Ardisson.

Autant Soral m’avait un temps amusé par ses pro­pos pro­vo­ca­teurs (un temps), autant quand Zem­mour se met à par­ler du temps regretté où l’homme en avait dans le bénouze, on a du mal.
Est-ce l’aspect un peu pré­cieux et effé­miné du per­son­nage ? Je crois qu’il y a de ça. Il fau­drait deman­der à des femmes. J’ai du mal que les femmes atti­rées par le genre de male tel que regretté par Zem­mour, soit atti­rée par ce der­nier.
On sent de l’aigreur chez lui et la hargne des petits. Car je dirais à la Zem­mour, «on sait très bien» que les petits ont moins d’assurance que les per­sonnes de grande taille (Obama/Sarkozy). Par nature plus faible, le petit doit déployer plus d’effort pour se faire accep­ter, pour séduire, pour faire sa place.

D’ailleurs pour conti­nuer le paral­lèle entre Soral et Zem­mour, le pre­mier ne regrette pas le temps passé où la femme était à sa place, il dit qu’il est macho un point c’est tout. Il n’a pas besoin que ce soit «établi» pour l’être. Le second regrette le temps passé car c’est seule­ment dans un cadre quasi-legal (la femme doit obéir à l’homme) qu’il peut espé­rer avoir un sem­blant de domi­na­tion à l’égard du «second» sexe.

Cou­ra­geux Zem­mour ? On pour­rait le pen­ser puisqu’il est sou­vent seul contre tous. Il se donne une atti­tude quasi-christique, que ce blog ren­force d’ailleurs. Pour ma part je pense que les moti­va­tions sont plus vénales. Ce qui est en accord avec la pen­sée Zem­mou­rienne pour qui l’homme est fon­ciè­re­ment mau­vais. Il y a d’ailleurs là un para­doxe du per­son­nage à creu­ser, mais je n’ai pas le temps aujourd’hui. Pour en reve­nir à son cou­rage, il reste mal­gré tout sélec­tif dans son com­bat des com­mu­nau­ta­rismes. Il ne man­que­rait plus qu’il se fasse trai­ter d’antisémite.

… À suivre…

La suite est là

http://ericzemmour.blogspot.com/2009/04/le-virage-zemmourien-venez-supporter.html

Ecrire un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champ obligatoires sont marqués *

*
*