Anniversaires du 20 mai

L’amer ric­tus
Il y a exac­te­ment 508 ans mour­rait Chris­tophe Colomb, à Val­la­do­lid, sans avoir com­pris qu’il avait décou­vert un nou­veau conti­nent car sur son lit de mort, le visage déformé par la dou­leur,  il dit au prêtre venu lui don­ner l’extrême-onction : de grâce, faites que quelqu’un retrouve les clefs que j’ai per­dues aux Indes.

Le Zam­bo­rin s’écria en lisant la lettre :» En plus, c’est bourré de fautes d’orthographe. On en dis­cu­tera quand ce sera mieux écrit.»

Il y croit Gama
C’est le 20 mai 1498 que Vasco da Gama arrive à Cali­cut sur la côte indienne afin de faire des affaires et remet à ce titre une lettre du roi du Por­tu­gal Manuel Ier. Voyant que des com­mer­çants arabes sont sur place, Vasco da Gama exige, dans un réflexe ibé­rique hérité de la Recon­quista[1] , leur expul­sion. Ceci lui vau­dra d’être empri­sonné avant d’être ren­voyé humi­lié sur son bateau. Ran­cu­nier, Vasco revien­dra armé jusqu’au dents pour impo­ser ses exigences.

Branle-bas de com­bat
Le concile de Nicée du 20 mai 325, qui consiste à tran­cher sur la «consub­stan­tia­lité de Jésus-Christ, à savoir s’il est de fait de la même matière que Dieu»  est une pre­mière démons­tra­tion que le manque de mas­tur­ba­tion phy­sique conduit bien sou­vent à la mas­tur­ba­tion intellectuelle.

Que diable allait-il faire dans cette galère ?
Un des saint qui fit par­ler de lui lors de ce concile de Nicée, c’est Luci­fer de Cagliari qui créa l’ordre des Luci­fé­riens, pour des rai­sons tel­le­ment ridi­cules que les mots me manquent pour en par­ler ici.

«À la limite sur la joue, mais pas sur la bouche.»

Il roule sa bosse mais pas de pelles
C’est le 20 mai 1972, que Richard Nixon devint le pre­mier pré­sident des États-Unis à se rendre en U.R.S.S. Accueilli par Leo­nid Bre­j­nev à sa des­cente d’avion, il n’évita que de jus­tesse le bai­ser tra­di­tion­nel russe que cherche à lui faire Leo­nid Bre­j­nev. Pour plus de détails, reportez-vous à la bio­gra­phie de ce der­nier.

Notes :

[1] La Recon­quista est le bou­tage des musul­mans hors de la pénin­sule ibérique, achevée dès 1429 au Por­tu­gal elle ne fut défi­ni­tive qu’en 1492 avec la prise de Gre­nade. Pen­dant ce temps, Jeanne d’Arc était occu­pée la jour­née à bou­ter les Anglais hors de France et à se faire culbu­ter le soir par Gilles de Rais qui avait cou­tume de lui dire Ne bou­tons pas notre plai­sir.

Ecrire un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champ obligatoires sont marqués *

*
*