Avant-Propos

Cer­tains d’entre-vous s’en sou­viennent le 29 novembre1947 les manus­crits de la Mer Morte ont été retrou­vés, et depuis les his­to­riens n’ont de cesse de ten­ter de les tra­duire et ache­ver leur décryp­tage. Grâce est mes contacts pri­vi­lé­giés, et n’ayons par peur de l’avouer des pots de vins astro­no­miques et d’autres com­pro­mis­sions inavouables que la morale et mon côlon réprouvent, j’ai eu la chance d’y avoir accès  et de pou­voir étudier les  quelques 10 000 manus­crits. Je me suis fait aidé par les plus grand exé­gètes de Benoit XVI  à Rika Zaraï en pas­sant par Alain Fin­kiel­kraut a un avis sur tout et à qui je n’ai pas pu échap­per. BHL qui a aussi un avis sur tout, a décliné mon invi­ta­tion. Depuis Botul, il voit des canulars partout.  

Ce tra­vail de tra­duc­tion tita­nesque a per­mis d’arriver à la conclu­sion de l’existence réelle de cer­tains per­son­nages bibliques.  Si les Manus­crits n’ont pas per­mis de vali­der l’existence de Jésus, dont la vie est vrai­ment trop est un trop  far­fe­lue pour être vrai­sem­blable, ils ont en revanche per­mis de vali­der l’existence d’un per­son­nage cen­tral du Livre : Noé. Né envi­ron 3000 ans avant Jésus-Christ, pour beau­coup y com­pris nombre de croyants il ne repré­sen­tait qu’un sym­bole sur la colère divine. Pour­tant les Manus­crits conte­naient en leur sein (une bou­teille) deux docu­ments d’une valeur ines­ti­mable : le jour­nal intime de Noé et le jour­nal de Bord du capi­taine Noé pen­dant le déluge. 

C’est donc en exclu­si­vité mon­diale que je vais révé­ler au fur et à mesure de sa tra­duc­tion ce docu­ment d’une valeur his­to­rique inestimable.  

Mais avant de vous révé­ler ces docu­ments il est néces­saire de pro­cé­der à un petit résumé pour les mécréants que je vous soup­çonne d’être. 

Noé

Né en –2970 et mort en –2110, Noé est un des patriarches et le pre­mier ivrogne de l’Ancien Testament. 

S’il n’a pas inventé l’eau chaude, il n’a pas non plus inventé le vin dont mais tout porte à croire qu’il fut l’inventeur de la gueule de bois, ce qui explique sans doute que Dieu ait choisi Noé pour construire un gros bateau.  

Pour­quoi Dieu avait-il choisit-il Noé qui n’était ni bri­co­leur et n’avait pas le pied marin ? Les voies du sei­gneur sont impénétrables. 

Est-ce parce qu’il vou­lait punir Noé, ivrogne devant l’Éternel à l’eau pen­dant 40 jours ? Les voies du sei­gneur sont impénétrables. 

Était-ce parce Dieu vou­lait avoir un gros bateau pour jouer ? Les voies du Sei­gneur sont impénétrables. 

Main­te­nant vous allez arrê­ter de  poser des ques­tions stu­pides parce que les voies du Sei­gneurs sont impé­né­trables, je vous dit. 

Ecrire un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champ obligatoires sont marqués *

*
*