Archives du tag : Mucha

Anniversaires du 14 juillet

Une femme à trois mains :de quoi faire rêver beau­coup d’hommes.

Un bon coup de main
Chris­tina Dodd qui naquit un 14 juillet est un écri­vain célèbre notam­ment pour son roman Castle in the air, qui à en juger la cou­ver­ture est la ren­contre d’un che­va­lier qui ayant décou­vert une femme à trois mains décide de ne plus la quitter.

On the rocks
C’est le 14 juillet 1850 qu’eut lieu la démons­tra­tion de la pre­mière machine à fabri­quer de la glace. Les gla­çons fai­sant la taille d’une brique, ils sont tout d’abord uti­li­sés pour rafrai­chir les chambres d’hôpital plu­tôt que le pas­tis.

Luci­dité
S’il fal­lait une preuve sup­plé­men­taire de la gran­deur d’Alfred Hit­ch­cock, souvenons-nous que le 14 juillet 1938 il décida de quit­ter l’Angleterre.

Pétard du 14 juillet
Bien que le 14 juillet ne soit devenu la fête natio­nale qu’en 1880, c’est en 1867 qu’Alfred Nobel fit la pre­mière démons­tra­tion de son gros pétard : la dynamite.

De jolis pétards.

De jolis pétards
C’est le 14 juillet 1939 qu’Alfons Mucha qui des­si­nait les femmes comme per­sonne mourut.

Tra­di­tion
Le 14 juillet 2008, cinq femmes pakis­ta­naises sont condam­nées à mort et enter­rées vivantes pour avoir voulu se marier sans l’accord de leur famille. Les défen­seurs du crime d’honneur, accu­sées de bar­ba­rie se défendent : Il est impor­tant de gar­der cer­taines tra­di­tions fédé­ra­trices, mais nous vivons avec notre temps et nous nous adap­tons. Jus­te­ment, au lieu de pro­cé­der à l’enterrement en creu­sant à la pelle nous avons exé­cute la sen­tence à l’aide d’une pel­le­teuse toute neuve.

Anniversaires du 24 juillet

Allez comme je suis sympa, je vous met les quatre saisons.

Aubaine
Grâce une fois encore à Mucha, qui est né le 24 juillet 1860, nous pou­vons avoir une belle illus­tra­tion pour aujourd’hui.

On s’en fout
On fête aujourd’hui les Ségolène.

Et mon cul ? 
Il parai­trait que Jen­ni­fer Lopez se pré­senta par le siège, le 24 juillet 1969, mais je me demande si ce sont pas des mau­vaises langues qui disent ça.

C’était pour­tant pas Denain la veille
Le 24 juillet 1712, le Maré­chal de Vil­lars rem­porte par sur­prise une vic­toire sur les Austro-Hollandais à Dénain. Il d’ailleurs accueilli triom­pha­le­ment par la foule qui l’applaudit à Dénain.

Avida Doll-ars[1]
Il y a sept ans de ça, mour­rait le pape de la can­cé­ro­lo­gie, la bête noire des com­pa­gnies de tabac Richard Doll. Il fut celui qui mit en évidence les liens entre le tabac et le can­cer du pou­mon lorsqu’il était employé par le Medi­cal Research Cen­ter et l’innocuité de l’Agent Orange et de l’amiante  lorsqu’il était payé par Monsanto.

La face nord
Le 24 juillet 1938 les alpi­nistes alle­mands Anderl Heck­mair et Lud­wig Vörg esca­la­daient la face nord de l’Eiger une des parois les plus dan­ge­reuses des les Alpes culmi­nant à 3970 mètres. Pour se réchauf­fer lors de l’escalade, Vörg n’hésitait pas, chaque nuit,  à esca­la­der la  face nord de Heckmair.

On peut res­ter actif pour une bonne bière
C’est le 24 juillet 1487 qu’éclate la révolte de la bière à Leeu­war­den, suite à une déci­sion de l’administration com­mu­nale d’interdire la consom­ma­tion de bière étran­gère. Car si Leeu­war­den peut s’enorgueillir de quelques pro­duits du ter­roir de qua­lité tels Escher et Mata-Hari qui y sont nés, sa bière est fran­che­ment dégueu­lasse. C’est de noto­riété publique.
En tout cas si les habi­tants de Leeu­war­den sont prêts à se sou­le­ver contre l’assèchement de leur gosiers, ils n’ont rien fait lors de l’assèchement de la Mid­del­zee durant le même siècle, pour­tant seule voie d’eau navi­gable et source de tra­vail pour la ville. Ce qui révèle un pen­chant à l’oisiveté chez un peuple qui tente de nous faire croire le contraire. Cette oisi­veté ata­vique est d’ailleurs illus­tré par l’archiviste Wopke Eekhoff, qui n’eut rien d’autre de mieux à faire que de réper­to­rier les quelques 200 ortho­graphes pas­sées et pré­sentes du nom de la ville de Leeuwarden.

Notes :

[1] Sur­nom donné par André Bre­ton à Dalì qui le reven­di­quait d’ailleurs ouvertement.