Un cavalier qui surgit…

Inter­rogé sur son titre de cava­lier mal­gré son inca­pa­cité à mon­ter à che­val, le cava­lier sans cul à objecté qu’il était par­fai­te­ment capable de mon­ter un cheval. Il ajoute qu’Albert II de Monaco lui aurait même pro­po­ser le titre de che­va­lier après l’avoir vu mon­ter Carlo son pale­fre­nier et l’ensemble de son écurie.

Ecrire un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champ obligatoires sont marqués *

*
*