Alexandrin, Alexandrons

Ô rage ! Ô déses­poir ! Ô vieillesse enne­mie !
N’ai-je donc vécu que pour cette infa­mie ?
Sei­gneur ! Daigne m’expliquer ton caprice sibyl­lin.
Qui laisse accom­plir, les basses œuvres du vil Hun.

Cesse donc de croas­ser, pareil à une cor­neille
Car sous peu Aetius lui ren­dra la pareille
Il lavera l’affront d’Attila le pilleur
Et l’Empire renaî­tra par son bras vengeur

Je ne démen­ti­rai. La vin­dicte est oppor­tune
Mais peu de chance, elle aura, de cal­mer ma ran­cune
Cette des­truc­tion aveugle, certes me déso­blige,
Mais c’est là le moindre des sou­cis qui m’afflige.

Si ce n’est le chaos de cette affli­geante scène
Alors s’est-il livré aux crimes les plus obs­cènes ?
Pleures-tu donc les proies, d’Attila l’empaleur ?
À moins que ce ne soit celles, d’Attila le violeur ?

L’embrochage des enfants certes m’attriste et me blesse
Mais ne contri­bue que peu à mon immense tris­tesse
Les outrages subis par ma femme sont aussi fâcheux
Mais ne sont pas à la source de mon esprit grincheux

Diable, tu m’intrigues et je ne sau­rais attendre
Que tu me dises ton mal­heur. Je vou­drais le com­prendre !
Conte-moi donc les méfaits de ce malan­drin
Qui te poussent à cau­ser à l’aide d’alexandrins ?

Du peu qui me res­tait, le démon me priva.
Voilà ce que m’a fait ce bran­leur d’Attila
Balais, brosse, les­sive, furent vic­times du car­nage.
Me voilà sans outils, pour faire le ménage

7 avril 451 : pillage de Metz par Attila et aussi jour­née sans ménage.

(texte paru le 7 avril 2015 à l’occasion de la jour­née sans tra­vaux ména­gers sur la micro­phé­mé­ride : http://microphemeride.surlebout.net/2015/04/07/7-avril-journee-sans-travaux-menagers-usa)

 

 

Uchronie de Noël

— Mais qu’est-ce tu fais encore ici ? Tu devrais être en train de livrer des cadeaux.
— Qu’est-ce que tu crois ? J’ai déjà fini ! Main­te­nant, ils com­mandent tout sur Inter­net. J’ai même dû licen­cier mes lutins. Ama­zon les a embau­ché, mais à la moi­tié de leur salaire.
— Tu exa­gères ! Même s’ils com­mandent sur Inter­net, tu dois encore livrer les cadeaux, non ?
— Livrer quoi ? Des eBooks ? Les Jeux en ligne ? Les films en VOD ? Il n’y a presque plus rien à livrer. J’avais fini la tour­née au bout d’une heure. Si ça conti­nue comme ça, je vais pas être connu comme le Père Noël mais comme le Père Désœuvré.

(Texte publié dans les micro­phé­mé­rides du 25 décembre)

La fin

Voilà, il fal­lait bien que ça s’arrête. Après avoir démarré, il y 5 ans de cela la seule éphé­mé­ride qui com­mence un 15 juillet, je devais tour­ner la page et pas­ser à d’autres choses.

Donc cette année le bilan, c’est à dire pour ceux qui ne me connaissent pas depuis long­temps, est le billet à la con que j’ai cou­tûme d’écrire chaque 14 juillet où je tente vai­ne­ment de faire croire qu’il y a une reflexion et une logique à mes élucu­bra­tions, billet où je cède par­fois à la ten­ta­tion d’écrire ce qui me passe par la tête, ten­tant de faire croire que je peux aussi écrire des choses sérieux et chiantes, bref ce bilan, disais-je, je le publie cette anne avec un jour de retard.

J’avais envie d’écrire une tar­tine avec l’idée d’une restros­pec­tive sur ce qui fut ma pre­mière créa­tion com­plète, mes per­son­nages pré­fé­rés: Léo­pold, Line Renaud, mes joyeux mar­tyrs et mes autres papeo­tages,… Mais bon, comme je suis en vacances, j’ai pas que ça à foutre..

Alors voilà, j’arrête pour de bon  mon éphé­mé­ride, mais je conti­nuee sur la micro­phé­mé­ride et je reviens bien­tôt, j’espère, pour de nou­velles aventures.

 

Anniversaires du 14 juillet

Une femme à trois mains :de quoi faire rêver beau­coup d’hommes.

Un bon coup de main
Chris­tina Dodd qui naquit un 14 juillet est un écri­vain célèbre notam­ment pour son roman Castle in the air, qui à en juger la cou­ver­ture est la ren­contre d’un che­va­lier qui ayant décou­vert une femme à trois mains décide de ne plus la quitter.

On the rocks
C’est le 14 juillet 1850 qu’eut lieu la démons­tra­tion de la pre­mière machine à fabri­quer de la glace. Les gla­çons fai­sant la taille d’une brique, ils sont tout d’abord uti­li­sés pour rafrai­chir les chambres d’hôpital plu­tôt que le pas­tis.

Luci­dité
S’il fal­lait une preuve sup­plé­men­taire de la gran­deur d’Alfred Hit­ch­cock, souvenons-nous que le 14 juillet 1938 il décida de quit­ter l’Angleterre.

Pétard du 14 juillet
Bien que le 14 juillet ne soit devenu la fête natio­nale qu’en 1880, c’est en 1867 qu’Alfred Nobel fit la pre­mière démons­tra­tion de son gros pétard : la dynamite.

De jolis pétards.

De jolis pétards
C’est le 14 juillet 1939 qu’Alfons Mucha qui des­si­nait les femmes comme per­sonne mourut.

Tra­di­tion
Le 14 juillet 2008, cinq femmes pakis­ta­naises sont condam­nées à mort et enter­rées vivantes pour avoir voulu se marier sans l’accord de leur famille. Les défen­seurs du crime d’honneur, accu­sées de bar­ba­rie se défendent : Il est impor­tant de gar­der cer­taines tra­di­tions fédé­ra­trices, mais nous vivons avec notre temps et nous nous adap­tons. Jus­te­ment, au lieu de pro­cé­der à l’enterrement en creu­sant à la pelle nous avons exé­cute la sen­tence à l’aide d’une pel­le­teuse toute neuve.

Anniversaires du 13 juillet

Un bon Marien
On fête la Saint-Marien aujourd’hui.

Pro active
Le 13 juillet 1965 est une grande date impor­tante dans le fémi­nisme en France, puisque depuis ce jour-là les femmes n’ont plus besoin de l’autorisation de leur mari pour pou­voir tra­vailler. Les hommes n’ont plus à ordon­ner à leur femme de faire le ménage, elle peuvent prendre l’initiative elles-mêmes.

C’est pas pour médire…
Le 13 juillet 1967, les femmes obtiennent le droit de s’inscrire à l’ANPE deux ans jour pour jour après avoir obtenu le droit de tra­vailler sans le consen­te­ment de leur mari.

Le funi­cule à l’air
La construc­tion du funi­cu­laire de Mont­martre le 13 juillet 1900 sur la seule pente pra­ti­cable pari­sienne retira tout espoir à Paris d’organiser un jour les jeux olym­piques d’hiver.

Hubert Reeves adolescent.

Éter­nelle vieillesse
C’est une sur­prise pour moi de fêter les 79 ans d’Hubert Reeves puisque je croyais qu’il avait déjà cet âge il y a 30 ans.

Bim bam boum
Le 13 juillet 1977 bien que les États-Unis pos­sèdent le plus grand nombre de cen­trales nucléaires, les habi­tants de New-York sont contraints de s’éclairer à la bou­gie en rai­son du bla­ckout qui dura plus de 25 heures.

Le pre­mier Rubik’s cube.

Du cubi au cube
C’est le 13 juillet 1944 que naquit Erno Rubik, celui qui eut l’idée un soir qu’il était com­plè­te­ment rond d’inventer un cube qui porte son nom.

Anniversaires du 12 juillet

Relâche
Les bonnes causes ont aussi le droit au repos, pour rai­son de vacances, il n’y aura aucune jour­née mon­diale, mon­diale ou natio­nale à célé­brer durant les 4 semaines suivantes.

Fashion vic­tims
C’est le 12 juillet 1549 que le Roi Henri II inter­dit au peuple de por­ter pour­points et bouf­fantes de soie,  réser­vant ainsi à l’aristocratie le seul droit  d’être ridicule.

Sho­cking!
Le 12 juillet 1986, contrai­re­ment à la plu­part des pays occi­den­taux, Mar­ga­ret That­cher refuse de prendre des sanc­tions contre l’Afrique du Sud, se féli­ci­tant qu’un pays arrive à résoudre de manière aussi effi­cace les pro­blèmes de surpopulation carcérale.

Alouette
C’est le 12 juillet 1794, en Corse,  que le per­fide Ami­ral Nel­son per­dit son œil, trois ans plus tard il per­dit un bras à Tene­rife, pour fina­le­ment perdre la vie en 1804 à Trafalgar.

Claude Bru­net vic­time de l’incompréhension de son entou­rage. Il avait sim­ple­ment déclaré : «I just wanna get laid».

Les han­di­ca­pés sont des gens comme tout le monde
Le 12 juillet 1988, mour­rait le cana­dien Claude Bru­net qui fut un ardent mili­tant pour les han­di­ca­pés afin qu’ils dis­posent des même droits fon­da­men­taux que les autres citoyens.

Si je mens je vais en enfer
Le 12 juillet 2000, le FBI recon­nait lors d’une confé­rence de presse, l’utilisation d’un logi­ciel le Car­ni­vore per­met­tant d’écouter le tra­fic inter­net d’un uti­li­sa­teur, mais uni­que­ment dans le cadre d’une pro­cé­dure judi­ciaire.  Le cor­res­pon­dant du FBI cra­cha d’ailleurs en levant la main, qu’ils ne l’utilisent jamais autre­ment, écla­bous­sant et ras­su­rant les jour­na­listes pré­sents dans la salle.

Nir­vana au Nia­gara
Le 12 juillet 1876, Signo­rina Maria Spel­te­rina tra­verse sur un fil la rivière Nia­gara, avec des paniers de pécheurs aux pieds. La soi­rée qui s’ensuivit avec son mari, le soir même lui ins­pira l’exploit sui­vant : la tra­ver­sée de la chambre les mains liées et les yeux ban­dés mais sans les paniers et une perche légè­re­ment plus courte.

Á voile et en dan­seuse
C’est le 12 juillet 1997 que s’ouvrent les jeux pan­arabes de 1997 à Bey­routh. Selon la célèbre phrase de Pierre de Cou­ber­tin selon laquelle un bon spor­tif est un spor­tif mort, les auto­ri­tés liba­naises eurent l’idée d’organiser l’épreuve de 50 km de cyclisme sur route sans inter­rompre la cir­cu­la­tion. Quatre cyclistes par­vinrent cepen­dant à ter­mi­ner la course, qui fut annu­lée au grand dam de l’Arabie Saou­dite se décla­rait satis­faite de voir la plu­part des roues de vélo voi­lées à l’issue de la course.

Nais­sance de Jules César
S’il n’avait pas été lâche­ment assas­siné, Jules César aurait eut 100 ans en 1 pen­dant J.C.

Anniversaires du 11 juillet

Bulle cre­vée
Quand on s’appelle Flote il est mal-avisé de faire des bulles, et sur­tout de pré­tendre qu’elles sont papales. Pierre Flote, mort le 11 juillet 1302 est là pour nous le rappeler.

Tout aug­mente
C’est la Jour­née mon­diale de la popu­la­tion, ancien­ne­ment nom­mée Jour­née des cinq mil­liards. L’occasion de nous rapel­ler la consta­ta­tion faite par Luis Rego en 1981 les chiffres sont acca­blants, il y a de plus en plus d’étrangers dans le monde.

L’incertitude du doute
Le 11 juillet 1987, l’ONU clame que le cinq-milliardième habi­tant vient de naître mais est bien inca­pable de citer son nom.

Tout aug­mente (bis)
Preuve que tout aug­mente, la bataille des Éper­ons d’Or le 11 juillet 1302 durant laquelle Pierre Flote périt dans les marais près de Cour­trai est deve­nue la fête de la com­mu­nauté fla­mande de Bel­gique alors que la Flandre à l’époque n’incluait pas le Lim­bourg et le Brabant.

Saint-Benoit ten­tant de se rap­pe­ler si sa fête est le 21 mars ou le 11 juillet.

C’est pas beau de récla­mer
Il y a trois ans je me voyais contraint de devoir par­ler de Saint-Benoît le 11 juillet suite à des récla­ma­tions. Enfin à ma décharge, je pré­ci­sait qu’en 1970 on a deplacé le fête du 21 mars vers le 11 juillet. Donc le plai­gnant eut droit à deux fêtes lors de sa pre­mière année.

Fal­lait pas récla­mer
Depuis qu’un ger­main a conquis la cita­delle catho­lique met­tant à mal les Benoît, j’apprends seule­ment aujourd’hui à l’occasion de la Saint-Benoît que ce der­nier est le saint Patron de l’Europe.  Saint-Benoît, en plus d’être un fils de bour­geois, avait la manie de faire des règles. Tout le temps. Il venait à peine d’être dési­gné Père Abbée de son pre­mier monas­tère, qu’il édicta la Règle de Saint-Benoît. Il est à l’origine d’une véri­table Sainte Litur­gie Bene­dic­tine, au point que cer­tains l’appellaient chef SLB.

Un for­fait du côté de chez Swan
Ce 11 juillet nous donne l’occasion une fois de plus de rap­pe­ler une des for­fai­tures de l’abject Edi­son, qui s’attribua l’invention de la lampe à incan­des­cence alors qu’elle fut crée le 11 juillet 1879 par Sir Joseph Wil­son Swan.

Bombes à Bom­bay
Aucune minute de silence n’a été obser­vée (per­son­ne­le­ment je trouve que c’est extrê­me­ment dif­fi­cile à obser­ver) pour les atten­tats ayant frap­pés Bom­bay le 11 juillet 2006 (enfin ils ont sur­tout frappé 800 personnes).

P’têt bin qu’oui, p’têt bin qu’non
C’est le 11 juillet 911, que Charles III Roi de France accorde au chef viking Rol­lon, le ter­ri­toire qui devien­dra le duché de Nor­man­die. Enfin c’est pas cer­tain. En tout cas on est cer­tain à 50% qu’il ne fut pas le pre­mier duc de Normandie.

Mar­cien, Mar­cienne
Pen­dant que l’on fête aujourd’hui Mar­cien qui vécu le mar­tyr sous le dur et inflexible pré­fet Péren­nis, sur­nommé le gros Péren­nis en rai­son de son embon­point,  on fête aussi Mar­cienne qui resta vierge jusqu’à ce qu’elle soit livrée aux bêtes.

Mais qu’as-t-il voulu dire ?
C’est le 11 juillet 1872 qui fut guillo­tiné l’anarchiste au nom de fro­mage : Rava­chol. On se demande encore aujourd’hui ce qu’il vou­lait dire au moment où le cou­pe­ret tomba puisque ses der­nières paroles qui furent Vive la ré… selon cer­tains mais peut-être voulait-il  dire Vive la raie….

Anniversaires du 10 juillet

Cal­vin mau­vais
C’est le 10 juillet 1509 que naquit Jean Cal­vin, un des pères de la réforme pro­tes­tante qui consa­cra sa vie à com­battre les rites et les dogmes qu’il jugeait stu­pides ou inadap­tés, vou­lant trans­for­mer le Chris­tia­nisme en une reli­gion éclai­rée. Par exemple il pré­co­ni­sait un recours plus sys­té­ma­tique à la chasse au sor­cières, jugeant ces der­nières res­pon­sables de la peste ou de la petite vérole.

Daguerre était presque aussi fier de mon­trer le bor­del chez lui que le daguer­réo­type lui-même.

Nature bor­dé­lique
Le 10 juillet 1851 mour­rait Daguerre, un des inven­teurs de la pho­to­gra­phie qui au lieu de faire son propre por­trait, fit la photo du bor­del qui régnait chez lui.

Et en plus je sens tes dents
Le 10 juillet 1873, après une rela­tion pas­sion­née avec Rim­baud, Ver­laine qui en a marre de faire la femme décide de retour­ner avec la sienne. Rim­baud l’insulte et finit par mettre en doute la qua­lité de cer­taines pra­tiques dont Ver­laine se sen­tait par­ti­cu­liè­re­ment fier (voir titre). Blessé dans son orgueil ce der­nier lui tire dessus.

Eugène Chris­tophe est tout triste d’avoir sali son beau maillot jaune.

Maillot jaune devant, jaune der­rière
C’est le 10 juillet  1919 qu’apparaissait pour la pre­mière fois le maillot jaune lors du Tour de France cycliste. Cer­tains de mes plus indignes lec­teurs vont s’attendre que je fasse un paral­lèle entre la cou­leur du maillot et le fait que les cou­reurs ne pre­naient pas la peine de des­cendre de vélo pour se sou­la­ger. C’est vrai­ment pas mon genre.

Har­vey peut faire la gueule, son logo tomba dans le domaine public avant qu’il puisse le déposer.

:-(
C’est le 10 juillet 1921 que naquit Har­vey Ball l’inventeur du smi­ley, qui tomba dans le domaine public avant qu’il ne puisse le dépo­ser. Depuis il fait la gueule (voir photo).

Casse bon­bons
Le 10 juillet 1896 nais­sait Hélène Cas­grain qui en brisa un cer­tain nombre pour avoir réclamé le suf­frage en faveur des femmes au Québec.

He got satis­fac­tion
Le 10 juillet 1965 alors que le titre des Rol­ling Stones I can’t get no satis­fac­tion grimpe au som­met des hit-parades, Sonny grimpe sur Cher his­toire de céle­brer la sor­tie de leur tube I got you babe.

Bas­saeiv croyait pou­voir échap­per aux forces spé­ciales ruuses en se dégui­sant en Fidel Castro

À Bas Bas­saiev
Le 10 juillet 2006 le chef rebelle tchét­chène Bas­saiev est tué par le FSB mal­gré ses efforts pour se dégui­ser en com­mu­niste (voir photo).

Léo­nidz
Le 10 juillet 1972, alors qu’un jour­na­liste lui demande com­bien de mis­siles sont poin­tés sur Toronto, Leno­nid Bre­j­nev répond : Aucun, je n’ai rien contre les indiens. Il décla­rera off-the-record : Mais j’invite le pre­mier ministre qué­béc­quois à venir véri­fier l’efficacité de ma tête cher­cheuse, ali­men­tant ainsi la sombre légende de Bre­j­nev que nous avons relatée.

Prin­cipe de pré­cau­tion
Ne vou­lant pas être taxé d’anti-fascisme pri­maire à l’approche de la deuxième guerre mon­diale, Pie XII lève l’interdit contre l’Action Fran­çaise et la mise à l’index de l’oeuvre de Charles Maur­ras le 10 juillet 1939.

Femmes repous­santes
Beau­vais n’est certes pas répu­tée pour la beauté de ses femmes, mais j’ai été quand même très sur­pris d’apprendre qu’elles furent à ce point repous­santes que Charles le Témé­raire renonça à s’emparer de la ville le 10 juillet 1472.

Sein du jour
On fête la Saint Etton aujourd’hui.

Jérôme Bosch

Il faut vrai­ment être dérangé pour por­ter un cha­peau aussi ridicule.

Jeroen
Jérome Bosch est un peintre néer­lan­dais que les Néer­lan­dais appellent Hye­ro­ni­mus Bosch ou encore Jhe­ro­ni­mus Bosch ce que l’on pour­rait tra­duire par Jérôme Dubois si l’on est de mau­vaise foi puisque la tra­duc­tion lit­té­rale serait Jérôme Bois comme le font d’ailleurs les espa­gnols qui l’appellent Jero­nimo El Bosco, qui se tra­dui­rait lit­té­ra­le­ment en fran­çais par Jérôme Le Bois. L’Espagne qui expose sa plus célèbre toile au Musée du Prado qui en espa­gnol s’appelle Museo del Prado que l’on aurait pu tra­duire en fran­çais par le Musée du Pré mais que les Fran­çais dési­gnent par Musée du Prado. Signa­lons, par paren­thèse que le Musée du Pré ne pré­sente aucune toile de Mar­cel Duchamp ce qui est fort dom­mage. Enfin, à l’époque sou­li­gnons que les espa­gnols l’appelait Gero­nimo Bosco (nous sou­li­gnons comme pro­mis) est la tra­duc­tion lit­té­rale de Hye­ro­ni­mus Bosch.Tout ceci nous amène à faire les deux remarques importantes :

- d’où vient cette manie fran­çaise de ne tra­duire qu’à moi­tié les noms ?
– nous sommes très déçu d’apprendre que le légen­daire chef apache s’appellait en fait Jérôme.
– tout ça ne nous dit tou­jours pas qui est vrai­ment Jérôme Bosch, ce qui fina­le­ment nous fait trois remarques.

Giro­lamo
Nous pas­sons volon­tai­re­ment sous silence, sur le fait que les Ita­liens l’appellèrent suc­ces­si­ve­ment Hye­ro­nimo Boschio, Giro­lamo Boschi Fia­mengo ou encore Bosco di Bal­duc pour l’appeller fina­le­ment aujourd’hui Hye­ro­ni­mus Bosch. Ce qui nous amène à faire les deux remarques sui­vantes :
– les Ita­liens ne savent pas ce qu’ils veulent (il n’y a qu’à voir avec Ber­lus­coni),
– les Ita­liens sont nuls en logique car  il n’existe qu’un seul Jérôme Bosch donc il est inutile de pré­ci­ser qu’il est fla­mand,
– les Ita­liens sont nuls en géo­gra­phie car Hye­ro­ni­mus Bosch était en fait Hol­lan­dais d’origine ger­ma­nique,
– les Ita­liens sont nuls en langues car dési­gner Jero­nimo El Bosco par Bosco di Bal­duc revient à dire lit­té­ra­le­ment Bois de Bois-le-Duc, ce qui est com­plè­te­ment ridi­cule,
– tout ça ne nous dit pas qui était vrai­ment Jero­nimo El Bosco, ce qui nous fait cinq remarques finalement.

C’est beau, c’est Bosch
Afin d’être com­plet, il serait hon­nête de pré­ci­ser qu’en réa­lité son vrai nom est Jeroen Antho­nis­zoon van Aken, c’est-à-dire Jérôme fils d’Antony d’Aix-la-Chapelle, ce qui est ridi­cule pour un artiste convenons-en.  Enfin ceci nous amène aux deux remarques sui­vantes :
– As-t’il pris le nom de Bosch en réfé­rence à sa ville natale ‘s-Hertogenbosch ou par honte de ses ori­gines alle­mandes ?
– les Alle­mands ne s’attribuent aucune gloire de l’origine ger­ma­nique de Jérôme Bosch. On s’en étonne ;
– les Anglais n’ayant aucune gloire à tirer du per­son­nage n’ont pas poussé l’outrecuidance de l’appeler Jerome Wood. N’est-ce pas là une fois de plus une démons­tra­tion évidente de  la per­fi­die anglaise ?
– Pour­quoi écrivons-nous ce billet à la deuxième per­sonne du plu­riel alors qu’il n’y a qu’un père désoeu­vré ?
– Tout ça ne nous dit pas qui était vrai­ment Jeroen Antho­nis­zoon van Aken, ce qui nous fait au final cinq remarques.

Rem­plis­sage
A ce stade de cette bio­gra­phie, vous devez en droit de vous deman­der si ces digres­sions, au demeu­rant très inté­res­santes, ne sont ne sont pas là pour mas­quer un manque fla­grant d’inspiration et étirer labo­rieu­se­ment la lon­geur de ce billet se trou­vant la caté­go­rie Bio­gra­phies où le lec­teur peut légi­ti­me­ment s’attendre à une prose plus consé­quente, faite de plu­sieurs para­graphes avec des titres, etc. Ce qui nous amène à faire les deux remarques sui­vante :
– c’est bien­tôt fini  ?
– Mais tout ça ne nous dit tou­jours pas qui était vrai­ment Giro­lamo Boschi Fia­mengo, ce qui nous fait deux remarques ! Youpi !

J’ai Bosch cher­ché…
Alors voilà, Jérôme Bosch est née  vers 1453 et est mort quelque part vers 1516, on ne sait pas très bien. Recon­nais­saons quand même que c’est bien pra­tique car nous pou­vons le caser n’importe dans le calen­drier.
On croit qu’il a peint trente-trois tableaux, mais peut-être pas. On peut légi­ti­me­ment pen­ser en regar­dant ses tableaux que Jerôme Bosch était un peu dérangé, mais quand les autres jouent ainsi avec votre nom avouez qu’il a de quoi deve­nir cin­glé.
Ce qui nous amène à nous poser la ques­tion sui­vante : que sait-on de Jérôme Bosch ?

Pas grand chose en fait.

Anniversaires du 8 juillet

Hun tien vaut mieux que Dieu tu l’auras
Le 7 juillet 452, le pape Léon Ier est prêt à tout pour épar­gner Rome incluant son auguste per­son­nage déci­dant de remettre son mar­tyr à plus tard. C’est ainsi qu’à la demande du Hun il se livre à des actes que la morale (sur­tout chré­tienne) réprouve avec le cru­ci­fix dans le rôle de l’accessoire.

- Ma Dis-moi, Barack, c’est vrai qué vous les noirs, vous en avez oune grande comme ça ? — Mais, non Sil­vio, tu confonds avec la taille de Nicolas.

Club Med
Le 8 juillet 2009, s’ouvre en Ita­lie à l’Aquila, ville sinis­trée, le som­met du G8. Mal­gré la crise écono­mique, l’ambiance est plu­tôt joyeuse sur­tout grâce à Ber­lus­coni qui assure le spectacle.

Frère sia­mois
Le 8 juillet 2003, l’opération qui devait sépa­rer deux sœurs sia­moises ira­niennes liées par la tête à échoué. La décep­tion est grande pour les méde­cins : alors que les frères sia­mois Sar­kozy et Ber­lus­coni arrivent à vivre en par­ta­geant le même cer­veau, on se dit que la vie est injuste.

Un sport de tar­louzes
Les boxeurs sont des gens très déli­cats. C’est en effet le 7 juillet 1890 qu’eut lieu le der­nier match de boxe à mains nues. Les boxeurs se plai­gnaient que ça fai­sait vache­ment mal sans par­ler des bleus dis­gra­cieux que ça leur lais­sait sur le visage.

Friends
Le 8 juillet 1853, Mat­thew Perry se rend à Tokyo au nom du Pré­sident des États-Unis afin de signer un traité d’amitié avec le Japon.

Paris sera tou­jours Lutèce
C’est le  8 juillet 951, qu’on a cessé de dire Luté­ciens, têtes de chiens pour dire Pari­gots, têtes de veaux.

Le choix dans la date
Afin de mon­trer que l’être humain n’est jamais à court d’imbécillités en tout genre, 300 couples décident de se marier simul­ta­né­ment le 07 juillet 2007 à cause de la date : 07÷07÷07. Pen­dant le même temps des cen­taines de mil­liers d’imbéciles se réunissent afin de gas­piller quelques cen­taines de mil­liers de watts lors du Live Earth pour lut­ter contre le réchauf­fe­ment climatique.