Archives du tag : Brassens

Anniversaires du 29 avril

Salut public
À l’occasion de la jour­née inter­na­tio­nale de la danse, des exé­cu­tions publiques de dan­seurs de Tek­to­nik sont orga­ni­sées un peu partout.

La jamais contente à une forme de sup­po­si­toire. Laissait-elle entendre que les Belges l’auraient éter­nel­le­ment dans le cul ?

Elle m’emmerde
Le 29 avril 1899, une voi­ture Belge est le pre­mier véhi­cule élec­trique à fran­chir les 100 km/h. Le pilote Camille Jenatzy a voulu rendre hom­mage à sa femme en bap­ti­sant le véhi­culé la  «Jamais contente» et en lui don­nant la forme d’un sup­po­si­toire car (elle) lui cas­sait le cul.

Tino Ros­souille
Nous fêtons aujourd’hui le 105ème anni­ver­saire de la nais­sance de Tino Rossi, qui fut le chan­teur fran­çais ayant eu la plus longue car­rière. C’est dire s’il a été casse-couille.

Miso­gy­nie à part
C’est le 29 avril 1902 qu’est déposé le pre­mier bre­vet pour le side-car, voi­tu­rette reliée à une moto­cy­clette per­met­tant de trans­por­ter des hommes et toute sortes d’animaux domes­tiques : poules, canard, cochon ou femme.

Lar­gage de caisses
C’est aussi le 30 avril 1945 que débute l’opé­ra­tion Manne durant laquelle les alliés larguent des caisses de vivres sur la Hol­lande et la Bel­gique. Consta­tant que le cho­co­lat n’est pas du Côte d’or, le gou­ver­ne­ment Belge se tâte s’il doit boy­cot­ter ou pas les vivres, démon­trant ainsi son sens aigu des priorités.

À bicy­clette
Le 29 avril 1978, le Japo­nais Naomi Uemura effec­tue la pre­mière expé­di­tion au Pôle Nord à trai­neaux tiré par des chiens. En 1986, Jean-Louis Étienne le fera à ski et il y a quatre ans, Tom Boo­nen, sous l’influence de la cocaïne annonce à sa famille qu’il part faire le Pôle Nord à bicy­clette. On le retrou­vera une semaine plus tard au som­met du Mont Ven­toux.

Anniversaires du 23 mars

Facile
Après la jour­née de l’eau on a décidé de créer la jour­née mon­diale de la météo­ro­lo­gie en plein mois des giboulées.

Hom­mage
Voilà ce que le pro­cu­reur géné­ral de la répu­blique Des­proges Fran­çaise aurait pu dire de ce qu’il pense du temps d’aujourd’hui.

La face cachée de la Lune dévoilée

La lune sous le nez
C’est en voyant les pre­miers daguer­réo­types de la lune pris le 23 mars 1840 par l’astronome William Dra­per qu’Auguste Bel­loc eut l’idée de faire de même.

Un terme au Maître
C’est le 23 mars 1976 que débuta les Jeux de 20 heures qui firent la gloire de FR3 et qui per­mit à la France entière de décou­vrir Maître Capello, maître en Palin­drom dont le célèbre :  Éric notre valet alla te laver ton ciré. Encore plus drôle si on rem­place Éric par Luc.

L’Enfer c’est l’autre
Il y a deux ans, Liz Tay­lor décé­dait. Richard Bur­ton mort depuis 1984 se dit que main­te­nant il va vrai­ment se retrou­ver en enfer.

Anniversaires du 11 mars

Par­kin­son of a bitch
Pro­fi­tant d’une légère amé­lio­ra­tion de son état de santé, Jean-Paul II en pro­fite pour béa­ti­fier  233 mar­tyrs le 11 mars 2001, vic­times de la Guerre Civile Espa­gnole, qu’on se ras­sure il n’y a aucun com­mu­niste ou anar­chiste parmi eux.

Machi­coul
Machi­coul fait par­tie de ces villes insi­gni­fiantes dont l’intérêt est proche de celui d’une pen­sée d’Alexandre Adler.  Mais au lieu de se rési­gner à une légi­time insi­gni­fiance et béné­fi­cier ainsi d’un ano­ny­mat mérité, à l’instar de cer­tains vil­lages, peu­plés de ces imbé­ciles heu­reux nés quelque part chers à Bras­sens, ne trouvent rien de mieux que de venir pol­luer wiki­pe­dia avec des articles direc­te­ment pro­por­tion­nels à leur médio­crité. Le cas de Machi­coul est exem­plaire puisque l’article en ques­tion consacre près de qua­rante lignes  à l’origine du nom de la ville seule­ment deux lignes seule­ment au mas­sacre de 300 reli­gieux le 11 mars 1793, qui est la seule infor­ma­tion digne d’intérêt.

Pour leur pre­mière sor­tie, les majo­rettes lithua­niennes ne savait pas très bien ou mettre leur bâton. Quoi qu’il en soit, elles avaient le sourire.

Oh my gode !
Le 11 mars 1990, le monde appre­nait à la fois l’indépendance et l’existence de la Lithua­nie. Mal­gré les pro­tes­ta­tions d’usage, la Rus­sie ne fit rien pour l’empêcher, res­pec­tant ainsi le droit des peuples à dis­po­ser d’eux-même et de pos­sé­der sa propre com­pa­gnie de majorettes.

Classes X
Le 11 mars 1794 était créée l’École Poly­tech­nique, où est for­mée une par­tie de l’élite de la nation qui s’enorgueillit d’une col­lec­tion de codes  inac­ces­sibles à la popu­lace et de cou­tumes imbé­ciles qui font la fierté des heu­reux élus. Parmi ces rites stu­pides l’un deux consiste lors des défi­lés à faire un «gag» afin de mon­trer que l’on a de l’humour quand même. Parmi les meilleurs on note :

  • le 11 novembre 1983, le port de lunettes de soleil,
  • le 14 juillet 1991 des bottes de cres­son dans les poches, clin d’oeil à Edith Cres­son qui était alors 1er ministre,
  • le 14 juillet 1992 un fou­lard bleu pour célé­brer le réfé­ren­dum de Maastricht.

Quand on sait que Fin­kiel­kraut y ensei­gna on com­prend mieux l’humour des polytechniciens.

Beau par­leur
Étant donné le nombre de for­fai­tures com­mises par ce salaud de Tho­mas Edi­son, on peut appor­ter un cer­tain cré­dit à l’Académie des Sciences qui accu­sait ce der­nier d’avoir eu recours à la ven­tri­lo­quie pour sa pre­mière pré­sen­ta­tion du pho­no­graphe le 11 mars 1878. Il en aurait bien été capable.

Brû­lons nos idoles
Le 11 mars 1984 Serge Gains­bourg brûle devant des mil­lions de télé­spec­ta­teurs, un billet de banque de 500 Francs, non pas comme une démons­tra­tion de son mépris ou de la futi­lité de l’argent mais pour se plaindre de payer trop d’impôts. Si dans la forme, le geste de Gains­bourg eut plus de classe, dans le fond il ne vaut pas mieux qu’un Florent Pagny.

Quand je pense à Fer­nande…
Le 11 mars 1993, avait lieu le pre­mier vol de l’A321 ver­sion un peu ral­lon­gée de l’Airbus A320. En interne le modèle est appelé Fernande.

Mal au trou
Le 11 mars 1996, on apprend qu’une nou­velle tour­née des Beatles n’aura pas lieu mal­gré les 25 mil­lions de dol­lars mis sur la table. John Len­non n’a même pas pris la peine de répondre.

Si mon Sir en avait…
Un an après Paul McCart­ney est fait che­va­lier par la Reine d’Angleterre. John Len­non, ne s’est même pas pré­senté à la cérémonie.

Vivent les asti­cots
Le 11 mars 1998 le corps d’Yves Mon­tand était exhumé pour une ana­lyse ADN afin de répondre à la ques­tion sur la pré­tendu pater­nité d’Aurore Dros­sart. Les tests ne parlent pas au grand sou­la­ge­ment de la famille de l’acteur, et Yves Mon­tand ne parle plus du tout au grand sou­la­ge­ment de nous tous.

Occis mineurs
Il y a exac­te­ment 13 ans, un coup de gri­sou en Ukraine coû­tait la vie à 81 mineurs mais qui étaient tous majeurs. On n’est plus au temps de Ger­mi­nal quand même.

Le moment de honte du jour
Il y a tout juste 12 ans, des astro­nautes amé­ri­cains sont res­tés 9 heures dans l’espace bat­tant ainsi tous les records. Inter­ro­gés cet exploit l’un deux, Jim Voss, déclara : je vou­drais vous y voir vous de ne pas péter pen­dant 9 heures !

Anniversaires du 29 décembre

Big Foot n’est pas blessé qu’à son genou.

À Genou blessé, Grand Pied meurt
Il y a exac­te­ment 122 ans, un coup de fusil acci­den­tel pro­vo­qua le mitraillage acci­den­tel puis du bom­bar­de­ment mal­en­con­treux du vil­lage de Woun­ded Knee qui causa la mort par inad­ver­tance d’environ 200 indiens de la tribu Lakota, dont le grand chef Indien Big Foot.

Saint David
Le 29 décembre 1825 mour­rait le peintre Jacques-Louis David (pile-poil le jour de la Saint David) qui eut en son temps l’ingénieuse idée de se défaire de son pré­nom pour qu’on arrête de le confondre avec Jean-Louis, alors coif­feur offi­ciel de Napo­léon. Tan­dis que ce der­nier s’évertuait à rac­cour­cir régu­liè­re­ment de quelques cen­ti­mètres la che­ve­lure de l’empereur, le pre­mier tra­vaillait à lui redon­ner quelques cen­ti­mètres afin de flat­ter son ego. À  la res­tau­ra­tion, le vent tourna et Jean-Louis fut bien dégagé sous la nuque tan­dis Jacques-Louis décida de s’exiler en Belgique. Il envoya ses tableaux les plus célèbres en Suisse dont le célèbre Léo­ni­das, que les Suisses, déjà passé maîtres en matière de cho­co­lat ren­voyèrent illico en Belgique.

Nom de Dreux
Le 29 décembre 1218 mour­rait Robert II de Dreux qui pré­fé­rait qu’on l’appelle Robert le Jeune.

Pour la forme
Le 29 décembre 1721, les Fran­çais occu­paient l’Île Mau­rice et la bap­tise Île de France, sou­le­vant les pro­tes­ta­tions conju­guées des Pari­siens et de Maurice.

Ra Ra Ras­pu­tin, Lover of the Rus­sian Queen
Grâce au calen­drier gré­go­rien adopté bien après la Révo­lu­tion d’Octobre de Novembre, on peut célé­brer la mort de Ras­pou­tine deux fois.

Bien­ve­nue chez les…
Le 29 décembre 1965 dési­reux de se défaire d’un nom ridi­cule donné par le mépri­sant et mépri­sable Anglais, le Bét­choua­na­land déclare son indé­pen­dance et se rebap­tise Botswana.

Trop tard
C’est le 29 décembre 1967 qu’était pro­mul­guée la loi Neu­wirth léga­li­sant la contra­cep­tion. Mal­heu­reu­se­ment trop tard car le même jour nais­sait Laurent Gerra.

Belle paire
Il y a 194 ans mour­rait Sawtche plus connue sous le nom de Venus Hoten­totte, il ne faut la confondre ni avec la Venus Cal­li­pyge de Bras­sens ni celle de La Fon­taine qui est en fait Aphro­dite.

Ran­çon
Le 29 décembre 1981, Julio Igle­sias Puga, père du chan­teur est enlevé par des ter­ro­ristes basques. Il sera libéré trois semaines plus tard, les ravis­seurs ayant vu leur reven­di­ca­tions res­pec­tées : Julio Igle­sias ne devait en aucun cas chan­ter lors des émis­sions de fin d’année.

Anniversaires du 28 novembre

Pas facile d’écrire de la main gauche quand on pilote de la main droite.

Dic­tée
Le 28 novembre 1922, le capi­taine Cyril Tur­ner écri­vait le pre­mier mes­sage à l’aide d’un avion dans le ciel : «Hello USA ! Call Van­der­bilt 7200″. Le suc­cès fut mitigé en rai­son des ratures (voir photo).

Sans com­men­taire.

Astor ria
Il y a exac­te­ment 93 ans, Lady Astor deve­nait la pre­mière femme à accep­ter un poste de député au Par­le­ment bri­tan­nique. La siège de son mari, conser­va­teur, étant devenu vacant elle se pré­senta pour le rem­pla­cer mais au nom des tra­vaillistes. Il ne suf­fit pas de grand chose pour rendre une Anglaise sympathique.

Sous son petit nuage
Le 28 novembre 1772, nais­sait Luke Howard qui, phar­ma­cien de son état, devint un météo­ro­lo­giste renommé. Sa plus grande contri­bu­tion à la dis­ci­pline fut la clas­si­fi­ca­tion des dif­fé­rents types de nuages. Il faut dire qu’avec le temps anglais, l’étude des nuages est bien la seule acti­vité où l’on peut se dis­tin­guer. Soyons-lui recon­nais­sant car c’est lui qui inventa les stra­tus et autres cumu­lus de d’une des plus belles chan­sons de Bras­sens bien que fai­sant l’éloge du mau­vais temps. Ca fait déjà le deuxième Anglais que je féli­cite aujourd’hui.

Bien dégagé dans le cou…
Dans la rubrique des inven­tions utiles, nous fêtons aujourd’hui la pré­sen­ta­tion il y 222 ans par Joseph Guillo­tin qui, sen­tant le vent de l’histoire et devant la pénu­rie de bour­reau, métier peu prisé mal­gré tout, pré­sente un appa­reil qui sera quand même uti­lisé jusqu’en 1977. En hom­mage on appel­lera son appa­reil  la guillo­tine. Quand on y pense on aurait pu appe­ler la chaise élec­trique l’edisonette en hom­mage à la rognure de l’humanité qui l’inventa.

Le Cocoa­nut Grove a failli connaître une seconde des­truc­tion après l’annonce de la pro­bable venue de Céline Dion.

Dégâts col­la­té­raux
Le 28 novembre 1942, le Cocoa­nut Grove, caba­ret de Bos­ton est la proie des flammes et c’est encore le pire incen­die d’un club réper­to­rié à ce jour. Le 28 novembre 1984, on frôle de nou­veau la catas­trophe lorsque la direc­tion pro­pose Céline Dion dans sa programmation.

Les oubliés de l«histoire
Lors de la confé­rence de Téhé­ran entre Sta­line, Roo­se­velt et Chur­chill le 28 novembre 1943, de nom­breuses ques­tions furent abor­dés, le débar­que­ment de juin 1944, les contours de la future ONU, le sort de l’Allemagne et de la Pologne, mais à aucun moment le sort du Luxem­bourg ne fut évoqué. C’est regrettable.

Le sup­plice de la roue, extrait d’un album de colo­riage du XVIIIème siècle.

Car­touche à sa fin
Il y a 290 ans, était exé­cuté le bri­gand Car­touche par le sup­plice de la roue.


Anniversaires du 29 octobre

Des Taï­wa­nais complexés.

Penis enlar­ge­ment
C’est un record sin­gu­lier qui a été battu par trois Taï­wa­nais le 29 octobre 2000, puisqu’il ont tiré en moins d’une minute une cen­taine de femmes avec leur seul pénis. Nous pré­ci­sons que les femmes se trou­vaient sur un camion, ce qui n’enlève rien à leur per­for­mance. Leur pro­chain objec­tif  : un Boeing 747.

L’érotisme dans la peau
Play­boy a sorti un numéro spé­cial à l’occasion de la jour­née mon­dial contre le pso­ria­sis : les ventes sont décevantes.

Les jolies colo­nies de vacances.…merci Pape
Le 29 octobre 1187, Gré­goire VIII lance la troi­sième croi­sade. Fré­dé­ric Bar­be­rousse, Phi­lippe Auguste et Richard Cœur de Lion répondent en chœur à sa demande : Youpi !.

Arme de des­truc­tion mas­sive
Il y a exac­te­ment 31 ans, mour­rait Georges Bras­sens, ce qui me conforte dans l’idée que Dieu n’existe pas. Il y a quatre ans Rika Zaraï fêtait ses 50 ans de car­rière en sor­tant un album qui repre­nait cer­taines des chan­son de l’ami Georges. Ce fut un tel effort pour elle qu’elle fut vic­time d’un acci­dent céré­bral  le 3 juin 2008. C’est là que je me sur­prend à croire de nou­veau en l’existence de Dieu.

Tor­ture
Il y a une semaine et trois ans exac­te­ment, des chan­teurs se plai­gnaient que l’on uti­lise leur musique pour pra­ti­quer des tor­tures à Guan­ta­namo. Depuis leurs chan­sons ne sont plus uti­li­sées, à l’exception de celles de Céline Dion, qui elle la seule n’avoir pas protesté.

On dirait le Sund
Sous pré­texte qu’elle oppo­sait les Hol­lan­dais et Sué­dois la bataille de l’Øresund (si l’on est Danois) ou de l’Öresund (si l’on est Sué­dois) ou du détroit de Sund (si l’on est Fran­çais) n’est pas au pro­gramme d’histoire en France. Pour les curieux, signa­lons tout de même que le détroit de Sund est au  Nord de Copen­hague (si l’on est fran­çais) ou Køben­havn (si l’on est Danois) ou  Köpen­hamn (si l’on est Sué­dois) ou encore Copen­ha­guen (si l’on est Cata­lan) et elle a eu lieu le 29 octobre 1658.

Matin ! Quel Jour­nal !
Il y a 52 ans sor­tait le Jour­nal Pilote le jour­nal qui publia Asté­rix et qui était en son temps plus imper­ti­nent que Charlie-Hebdo aujourd’hui.

Matin ! Quel jour­na­liste !
Joseph Pulit­zer créa le prix qui porte son nom en 1904. Mal­heu­reu­se­ment il mou­rut le 29 octobre 1911 avant d’avoir pu le gagner car le pre­mier ne fut décerné qu’en 1917.

Can­did camera
C’est une jour­née char­gée pour Nico­las Sar­kozy que ce 29 octobre 2003. En effet, il doit coup sur coup inau­gu­rer de nou­veau le radar inau­guré le lundi pré­cé­dent, mais ayant été détruit à coups de mas­sue, puis une fois de plus à Ajac­cio pour la plaque du pré­fet Eri­gnac. Est-ce l’émotion ou l’accumulation de la fatigue ? Il pro­cla­mera le carac­tère invio­lable du ter­ri­toire répu­bli­cain de la Pré­fec­ture d’Ajaccio en pis­sant tout autour.

Bun­ker palace
Nous fêtons aussi aujourd’hui le cen­te­naire des treize ans de Joseph Goeb­bels, le célèbre publi­ci­taire alle­mand, dont la car­rière s’interrompit bru­ta­le­ment en 1945. C’est dom­mage, petit, moche et ner­veux il avait tout pour être un jour pré­sident de la République.

Vieille canaille
Le 29 octobre 1998, à 77 ans, John Glenn retourne dans l’espace pour une série d’expériences sur le vieillis­se­ment. À son retour il décla­rera : Le plus pénible c’était de rater Der­rick, l’après-midi.

Éter­nel recom­men­ce­ment
Il y a exac­te­ment 112 ans, Une cir­cu­laire du ministre de l’Instruction publique en France décla­rait que l’étude de l’orthographe est inutile car « l’usage seul décide si une forme de lan­gage est cor­recte ou non ».

My name is Bond
Nous fêtons aujourd’hui la Saint Bond qui ren­trant un jour chez lui, crut voir sa femme au lit avec un autre. Ce n’est qu’après avoir mas­sa­cré le couple qu’il se ren­dit  compte qu’il vient de tuer maman et papa. Autant dire qu’il per­dit là toutes ses chances de deve­nir le patron des opticiens.

Anniversaires du 22 octobre

Non seule­ment je ne suis plus Roi, mais je dois conti­nuer à por­ter ce cos­tume ridicule.

Othon à la grecque
Le 22 octobre 1862 le teu­ton Othon Ier, roi de Grèce, abdique face au sou­lè­ve­ment de l’armée. Appre­nant la nou­velle, Léo­pold Ier roi des Belges, s’exclame La fin d’Othon, ça s’arrose et mon­trant son res­pect siffle le contenu de la bou­teille d’Ouzo qu’il avait reçue avec le royaume de Grèce.

Quand l’Europe arrive à pied par la Chine
C’est dis­crè­te­ment que la CEE lève les sanc­tions écono­miques vis-à-vis de la Chine le 22 octobre 1990.

Vierge à part
On fête aujourd’hui Sainte-Cordule qui ne vou­lait pas mou­rir jeune et vierge comme ses dix-mille-neuf-cent-quatre-vingt-dix-neuf copines vierges la veille. Mais après une nuit de réflexion en com­pa­gnie d’un sol­dat elle se décida à mou­rir jeune et vierge.

Ches­ter Car­lon ne s’est pas arrêté là, après avoir fait la pre­mière pho­to­co­pieuse, il inventa immé­dia­te­ment le pre­mier bour­rage papier.

Jam it !
Le 22 octobre 1938 Ches­ter Carl­son fait la pre­mière pho­to­co­pie de l’histoire, mer­veilleuse inven­tion pour Alain Minc qui rem­place avan­ta­geu­se­ment la machine à écrire.

Naz­da­ro­via
La vodka coule à flot au siège de Tupo­lev ce 22 octobre 2005. En plus des 83 ans de la com­pa­gnie russe on fête le crash sur­venu au Nigé­ria et qui a fait 117 vic­times : c’est un Boeing qui s’est écrasé.

Merci Georges, merci Bern­hardt
Il y a 91 ans nais­sait Georges Bras­sens, soit exac­te­ment 77 ans après la grande Sarah Bernhardt.

Tsar Aca­demy
Il y a exac­te­ment 291 ans, Pierre Ier le grand (1m95 !) pre­nait le titre de Tsar de toutes les Russies.

On connaît la chan­son
Il y a 105 ans, jour pour jour écla­tait au États-Unis la panique de 1907 connue aussi sous le nom de panique des ban­quiers. C’est que c’est sen­sible un banquier.

Yser arien : jamais !
Atten­dant le ren­for­ce­ment des bataillons per­dus, les Alle­mands sont repous­sés à Dix­mude le 22 octobre 1914.

Vague et lame de fond
Il 28 ans au jour près deux mil­lions de per­sonnes mani­fes­taient en Europe contre l’installation de mis­siles amé­ri­cains en Grande-Bretagne. Au même moment à Hawaï, au cham­pion­nat du monde de surf, l’ambiance est lourde, après que les sur­feurs euro­péens se soient fait insul­ter par les sur­feurs locaux. On peut com­prendre ce qu’il y a de déran­geant pour un atlan­tiste de se faire trai­ter de tar­louze par un pacifiste.

Les voies du sei­gneurs sont impé­né­trables, mais pas autant que la conne­rie humaine, (P. Des­proges)
Le 22 octobre 1988, des inté­gristes catho­liques incen­dient  un cinéma ayant à l’affiche le film La der­nière ten­ta­tion du Christ. Des spec­ta­teurs meurent dans l’incendie mais l’affiche reste intacte.

Saint Lupien
À Reims on fête aujourd’hui la Saint-Loup tan­dis qu’à Saint-Lupien on fête la Saint-Louvent.

La jour­née mon­diale du Bégaie­ment
L’objectif de cette jour­née est d’empêcher les gens de se moquer des bègues. Le porte parole aurait décla­rée : On se m..m..moque pas d..d..du sid…sid..sid…aL…al…alors faut .p…p…pas se moquer d..du…du b…b…b…b…bég…g..g. begaie­ment.» Nous sommes tout à fait d’accord. Il faut aussi se moquer du SIDA. Nous nous y engageons.

Anniversaires du 22 septembre

Photo du train de Paul Des­cha­nel sans Paul Deschanel.

Le cer­veau en  Des­cha­nel
C’est le 22 sep­tembre 1920 que Paul Des­cha­nel, Pré­sident de la Répu­blique Fran­çaise annonce sa démis­sion, dégouté d’avoir raté à 12 kilo­mètres près la gare de Mon­tar­gis, lorsqu’il des­cen­dit du train en marche dans la nuit du 23 au 24 du mois de mai de la même année.

Félix the quatre
Je m’étais injus­te­ment moqué d’un ami parce que le pré­nom de son fils était celui d’un anti­pape. Ce n’est pas seule­ment de la mau­vaise foi, mais le manque de dés­œu­vre­ment qui m’aurait fait consul­ter plus pré­ci­sem­ment le la calen­drier. Je pro­fite de l’occasion qui m’est don­née par la Saint-Félix pour signa­ler qu’il y a eu des papes aussi dont Félix IV, qui est mort en riant le 22 sep­tembre 530, puisque ses proches auraient déclaré «Félix IV a ri».

Les Meaulnes manquent
Il y a 98 ans au jour près, Alain Four­nier mour­rait au front pen­dant la Grande Guerre. Il aura juste eu le temps d’écrire Le Grand Meaulnes, devenu un clas­sique. Force est de consta­ter, que le Grand Meaulnes est vite las­sant avec tous ces états d’âmes d’adolescent attardé. En revanche, en lisant le petit Meaulnes écrit par Jean-Louis Four­nier on ne baille pas une seule fois.

La gaz part
Le 22 sep­tembre 1791 nais­sait Michael Fara­day, scien­ti­fique mon­dia­le­ment connu. Il réus­sit notam­ment à liqué­fier presque tous les gaz connus. Ce qui fit dire à Henri Pujol, le célèbre péto­mane mar­seillais : Si moi je liqué­fiais aussi les gaz, je serais au chô­mage.

Oh, ta gueule !
Il y a exac­te­ment quatre ans, le mime Mar­ceau fer­mait défi­ni­ti­ve­ment sa gueule. Le métier du mime fut celui qui lui convint le mieux, puisqu’il démon­tra les rares fois où il l’ouvrit, qu’il était dénué de tout sens de l’humour. La seule fois où il m’a fait rire, fut lors de son invi­ta­tion au Tri­bu­nal des Fla­grants Délires.

22 sep­tembre
C’est le 15 octobre que Bras­sens com­posa la chan­son Le 22 sep­tembre.

À l’eau
Le 22 sep­tembre 1959, pile le jour de la saint-Lô, le pre­mier câble télé­pho­nique sous-marin entre les États-Unis et l’Europe est posé. Fer­nand Ray­naud peut enfin écrire son sketch  «le 22 à Asnières».

Le jour des Maures
Le 22 sep­tembre 1609, le Duc de Lema décide de chas­ser les quelques 500 000 Maures vivants en Espagne, par ven­geance du temps où les Espa­gnols eurent les Maures aux trousses.

L’o en plus
C’est le 22 sep­tembre 1792 qu’eut lieu l’abolition de la monar­chie, l’ablation de la tête de Louis XVI n’aura lieu que l’année suivante.

Ah ! Cha­ria ! Cha­ria ! Cha­ria !
Le 22 sep­tembre 1932 Ibn Saud donne le nom d’Arabie Saou­dite à son pays. Dom­mage qu’il ne se soit pas appelé Ibn Hermaphrod.

Pot belge
La loi du 22 sep­tembre 1831, la Bel­gique alors en guerre avec les Hol­lan­dais pro­mulgue une loi auto­ri­sant le roi Léo­pold Ier roi de Belges à prendre à son ser­vice un cer­tain nombre d’officiers étran­gers, les frais étant entiè­re­ment pris à la charge du jeune royaume. La solde est sera dou­blée pour tous ceux qui appor­te­ront une bou­teille de leur liqueur nationale.

Wal­halla le beau châ­teau !*
Il y a exac­te­ment 142 ans, Richard Wag­ner créait l’opéra L’or du Rhin (avant l’opéra Sieg­fried dont nous avons déjà parlé ici ) dont l’action est résu­mée ci-dessous.

On y retrouve les per­son­nages sui­vants : Le dieu Wotan, sa mère Erda sur­no­mée l’Erda-mère, sa femme Frika, son fils Don­ner, Loge le maçon, le nain Fime et son frère Albe­rich II fils de Leo­pol­dich III, les trois filles du Rhin, Faf­ner frère de Fasolt lui-même frère de Faf­ner et d’autres encore.

L’histoire com­mence avec Albe­rich II qui se demande ce qu’il fout ici au bord du Rhin. Tant qu’à faire il décide de piquer une tête mais oublie qu’il ne sait pas nager. Heu­reu­se­ment une un ondine, fille du Rhin, pas­sant par là, le recueille et l’emmène auprès de ses deux sœurs, qui lui donne le sobri­quet de «sauvé de la naïade» ce qui est un calem­bour très déce­vant de la part de créa­tures répu­tées pour leur finesse.

Albe­rich II prend la mouche et les filles n’ayant qu’un Rhin pour elle trois, il se contente alors de leur voler leur or.« Weia ! Waga ! Wogue, du Welle ! Walle zur Wiege ! Waga­la­weia ! Wallala weiala weia ! [1] » crient les trois ondines (ce pas­sage eut une grande influence sur Bruce Lee, grand ama­teur de Wagner).

Pen­dant ce temps, Wotan pour fêter ses 20 siècles de mariage avec sa femme Frika décide de lui offrir un châ­teau. Il en confie la construc­tion au maçon Loge qui sous-traite aux géants Faf­ner et Fasolt en leur pro­met­tant la fille des Dieux : Freia.

Une fois la construc­tion ter­mi­née, Frika  s’écrit «Ouah la la, la belle mai­son !» qui devient le nom de la demeure des dieux en hom­mage à Frika  ce qui donne à peu près en Alle­mand, «Wal­halla, das schöne Haus !». Frika va alors en quête de sa fille afin qu’elle puisse aller choi­sir sa chambre, mais Freia est introu­vable. Elle demande autour d’elle et finit par croi­ser Loge qui vient juste de la livrer aux deux géants. Il répond à la déesse qu’il n’a aucune idée où peut se trou­ver Freia, mais connue pour sa pers­pi­ca­cité Frika sait que Loge ment. Faf­ner et Fasolt n’ayant pas été décla­rés et étant sans-papiers, Frika fait pres­sion en récla­mant les contrats de tra­vail de ses employés et coincé, Loge qui finit par avouer.

Après d’âpres négo­cia­tions les deux géants décident de ne lâcher Freia qu’en échange de tout l’or du Rhin. Évidem­ment il ne faut que peu de temps à Frika pour décou­vrir que l’or est aux mains d’Alberich II et dira pour elle-même «Il pou­vait pas aller piller l’Afrique comme son père, celui-là ?». Qu’à cela ne tienne : Wotan et Loge vont à la recherche d’Alberich II.

Pen­dant ce temps ce der­nier, se retrouve avec tout son or chez son frère le nain Fime et se demande ce qu’il fout là.

- Je me demande vrai­ment ce que je fous là
– Puisque tu es là, je peux te faire un anneau si tu veux ?» dit le nain Fime.
– Bonne idée !» s’exclame aus­si­tôt Albe­rich II. Et avec ce qui reste tu peux me faire un casque ?
– Et pour­quoi pas une cou­ronne ?
– Va pour la couronne !

Peu de temps après débarquent Loge et Wotan et Albe­rich II leur demande ce qu’ils foutent là. Affu­blé de sa cou­ronne et de son anneau et peu habi­tué à une telle suc­ces­sion d’émotions, Albe­rich II s’emporte une fois de plus et pré­tend envoyer pro­me­ner les dieux en disant que de toute façons avec sa bague, sa cou­ronne et tout cet or il était le maître du monde. Et pour­quoi pas le roi des Belges, tant que tu y es  ? lui rétorque Wotan en le chan­geant en cra­paud. Croa-Croa dit alors Albe­rich II, ce qui se tra­duit par Ah, ben d’accord, j’vois l’genre !

L’or est donné aux géants qui relâchent Freia et tout ce beau monde décide de ren­trer à «Wal­halla, la belle mai­son» que les vikings dénom­me­ront plus sobre­ment Wal­halla. Albe­rich II, désor­mais roi des Belges, seul dans son coin, se demande tou­jours ce qu’il fout là.

Notes :

[1]  Nous pré­ci­sons aux Fran­çais que ce texte est écrit depuis la Bel­gique où le «w» se pro­nonce «ou».

Le 22 septembre

Un vingt-deux de sep­tembre au diable vous par­tites,
Et, depuis, chaque année, à la date sus­dite,
Je mouillais mon mou­choir en sou­ve­nir de vous…
Or, nous y revoilà, mais je reste de pierre,
Plus une seule larme à me mettre aux pau­pières:
Le vingt-deux de sep­tembre, aujourd’hui, je m’en fous.

On ne reverra plus au temps des feuilles mortes,
Cette âme en peine qui me res­semble et qui porte
Le deuil de chaque feuille en sou­ve­nir de vous…
Que le brave Pré­vert et ses escar­gots veuillent
Bien se pas­ser de moi pour enter­rer les feuilles:
Le vingt-deux de sep­tembre, aujourd’hui, je m’en fous.

Jadis, ouvrant mes bras comme une paire d’ailes,
Je mon­tais jusqu’au ciel pour suivre l’hirondelle
Et me rom­pais les os en sou­ve­nir de vous…
Le com­plexe d’Icare à pré­sent m’abandonne,
L’hirondelle en par­tant ne fera plus l’automne:
Le vingt-deux de sep­tembre, aujourd’hui, je m’en fous.

Pieu­se­ment noué d’un bout de vos den­telles,
J’avais, sur ma fenêtre, un bou­quet d’immortelles
Que j’arrosais de pleurs en sou­ve­nir de vous…
Je m’en vais les offrir au pre­mier mort qui passe,
Les regrets éter­nels à pré­sent me dépassent:
Le vingt-deux de sep­tembre, aujourd’hui, je m’en fous.

Désor­mais, le petit bout de coeur qui me reste
Ne tra­ver­sera plus l’équinoxe funeste
En bat­tant la bre­loque en sou­ve­nir de vous…
Il a cra­ché sa flamme et ses cendres s’éteignent,
A peine y pourrait-on rôtir quatre châ­taignes:
Le vingt-deux de sep­tembre, aujourd’hui, je m’en fous.

Et c’est triste de n’être plus triste sans vous

Georges Bras­sens

 

 

La non-demande en mariage

LA NON-DEMANDE EN MARIAGE

Ma mie, de grâce, ne met­tons
Pas sous la gorge à Cupi­don
Sa propre flèche,
Tant d’amoureux l’ont essayé
Qui, de leur bon­heur, ont payé
Ce sacrilège…

J’ai l’honneur de
Ne pas te deman­der ta main,
Ne gra­vons pas
Nos noms au bas
D’un parchemin.

Lais­sons le champs libre au oiseaux,
Nous seront tous les deux priso–
nniers sur parole,
Au diable, les maî­tresses queux
Qui attachent les coeurs aux queues
Des casseroles!

J’ai l’honneur de
Ne pas te deman­der ta main,
Ne gra­vons pas
Nos noms au bas
D’un parchemin.

Vénus se fait vielle sou­vent
Elle perd son latin devant
La lèche­frite
A aucun prix, moi je ne veux
Effeuiller dans le pot-au-feu
La marguerite.

J’ai l’honneur de
Ne pas te deman­der ta main,
Ne gra­vons pas
Nos noms au bas
D’un parchemin.

On leur ôte bien des attraits,
En dévoi­lant trop les secrets
De Mélu­sine.
L’encre des billets doux pâlit
Vite entre les feuillets des li–
vres de cuisine.

J’ai l’honneur de
Ne pas te deman­der ta main,
Ne gra­vons pas
Nos noms au bas
D’un parchemin.

Il peut sem­bler de tout repos
De mettre à l’ombre, au fond d’un pot
De confi­ture,
La jolie pomme défen­due,
Mais elle est cuite, elle a perdu
Son goût «nature».

J’ai l’honneur de
Ne pas te deman­der ta main,
Ne gra­vons pas
Nos noms au bas
D’un parchemin.

De ser­vante n’ai pas besoin,
Et du ménage et de ses soins
Je te dis­pense…
Qu’en éter­nelle fian­cée,
A la dame de mes pen­sées
Tou­jours je pense…

J’ai l’honneur de
Ne pas te deman­der ta main,
Ne gra­vons pas
Nos noms au bas
D’un parchemin.

Georges Bras­sens